« Retour | Archives
Le 25 juin 2013

Association de la presse francophone

100 ans, ça se célèbre en grand

Emily Noëlla Dufour

OTTAWA - Avoir 100 ans n’arrive pas tous les jours. C’est pourquoi l’équipe derrière le journal de La Liberté veut célébrer en grand. Au menu, une brochette d’événement s comprenant un colloque, un documentaire, une association de Journaux centenaires et bien plus.

À l’occasion de ce 100e anniversaire, La Liberté tient à saluer le travail de ses journalistes d’aujourd’hui et leurs prédécesseurs. Une exposition à travers laquelle seront présentés pendant un an l’histoire de la presse franco-manitobaine et le parcours des citoyens du dernier siècle aura lieu au Salon Empire du Centre du patrimoine. Cette exposition comprend deux volets, soit éducatif et historique.

Grâce au projet Peel, initié par La Liberté, les Manitobains, héritiers de ce journal pourront dorénavant de leur ordinateur, leur portable ou encore de leur tablette, explorer et partager leur histoire à l’aide d’archives numérisées de tous les numéros parus entre 1913 et 2013. Ceci leur permettra de remonter dans le temps et retraçer le parcours de leurs parents à leurs arrières-grand-parents, un peu à la manière d’un arbre généalogique.

« Moi-même, j’ai effectué une recherche sur mes grands-parents. J’ai appris qu’en 1962, la première caisse populaire du Manitoba fêtait ses 25 ans à Saint-Malo. On y a mentionné mes grands-parents parmi les fondateurs, soit René Marcotte et Mme René Marcotte », a raconté la présidente du conseil d'administration de la Société franco-manitobaine, Nicole Forest Lavergne, lors de son discours à la remise du Prix Boréal en juin.

La francophonie manitobaine tiendra également le rôle d’acteur principal dans un documentaire des Productions Rivard. Présenté à Radio-Canada Winnipeg ainsi que sur le réseau national, ce documentaire traitera du rôle du journal dans la création de l’identité des Franco-Manitobains.

Encore plus

En plus de tous ces projets d’envergure, La Liberté accueille 200 personnes pour la tenue d’un symposium bilingue sur le journalisme qui aura lieu le 25 juin à l’Université de St-Boniface. Ce colloque s’adresse en particulier aux rédacteurs en chef, aux professionnels du domaine journalistique et aux membres de l’association des Journaux centenaires du Canada. Un club regroupant notamment, le Globe and Mail La Presse, LeDroit, l’Ottawa Citizen, Le Devoir et plusieurs autres.

Cette association a été créée pour encourager ces pionniers à partager leur vision et échanger leurs idées qui ont mené à leur réussite et au cœur de leurs accomplissements. « Ce n’est pas seulement maintenant que les journaux traversent des défis. Les journaux centenaires ont traversé plusieurs périodes de gros défis. C’est la raison pour laquelle on veut se réunir et partager nos idées pour passer à travers plutôt que de voir disparaître nos confrères les uns après les autres », affirme Sophie Gaulin, rédactrice en chef de La Liberté.

Cet été, le journal aura plus d’une raison de fêter. Non seulement un siècle s’est écoulé depuis son apparition, mais des prix lui ont aussi été décernés. Le 15 juin dernier, La Liberté a reçu le Prix Boréal de la Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada (lire le texte). Les franco-manitobains peuvent aussi s’attendre à un gala, une fête communautaire et à la reconnaissance des Pères Oblats.

 

TEXTES COMPLÉMENTAIRES

La Liberté souffle ses 100 bougies

La Liberté d’hier à aujourd’hui

La Liberté prête à relever de nouveaux défis

Télécharger Télécharger l'image

Cliquez pour plus de détailsL'immigration francophone et la dualité linguistique canadienne
La dualité linguistique est une caractéristique fondamentale de l'identité canadienne et il est nécessaire de prendre toutes les dispositions afin que cette dernière continue à nous définir et nous enrichir comme société.
Cliquez pour plus de détailsMastik: le coup d'état
Le trio Mastik fait les choses en grand sur De sol et d'éther, leur premier album. D'abord, le groupe franco-ontarien s'adjoint les services du réalisateur Laurence Currie, dont le travail passé fut immortalisé sur les disques de têtes d'affiche de la scène anglophone canadienne telles Wintersleep et autres Sloan. Question de ne pas faire les choses à moitié, Mastik a confié l'impression du disque sur vinyle à un spécialiste de la gravure analogique. Grands parleurs, grands faiseurs; le trio s'engage à planter un arbre en personne pour chaque album vendu. Étant donné la place de la critique sociale dans la démarche passée et actuelle de Mastik, le groupe témoigner de son sérieux par l'ensemble de ses actions.
Cliquez pour plus de détailsLe Grand rendez-vous internet des francophonies canadiennes
Parvenir à faire interagir entre eux les francophones de tout le Canada, qu'ils soient de Vancouver, d'Edmonton, de Toronto ou de Québec, n'est pas évident, si l'on considère les distances à parcourir.
Cliquez pour plus de détailsLes nouvelles règles offrent du potentiel
En éliminant les quotas de contenu canadien à la télé durant la journée, le CRTC semble retirer son appui à la production régionale.
Cliquez pour plus de détails« On m'avait averti du manque de respect »
Les bonnes intentions ne suffisent pas. C'est en modifiant les normes qu'un changement de culture peut se produire. En avril débuteront les premières évaluations de la condition physique selon des critères adoptés en 2014. La carrière exige aussi stratégie et diplomatie.
Cliquez pour plus de détailsLes Francos-Ontarien et 2015
Une nouvelle année implique des résolutions et des objectifs communs pour les Franco-Ontariens. Ceci nécessite de mettre sur papier nos priorités et nos souhaits afin que nous puissions guider nos actions et les relations avec les intervenants politiques, gouvernementaux et communautaires.
Cliquez pour plus de détailsDeux programmes et le double de cas
Le nombre de demandes traitées par le Programme d'appui aux droits linguistiques (PADL) a plus que doublé depuis sa création, passant de 19 en 2010 à 44 en 2015. Mais ce n'est pas tout. Le programme qu'il a remplacé est encore actif malgré son abolition en 2006.
Cliquez pour plus de détailsLes célébrations commencent à TFO pour le 400e de l'Ontario
Le Rêve de Champlain est un rêve devenu une réalité pour ceux qui se sont impliqués dans la production de cette série documentaire, mais aussi pour ceux qui défendent la francophonie en Ontario. Le premier épisode a été diffusé lundi (LE 16 MARS) à l'antenne de TFO
Cliquez pour plus de détailsUn Canada pacifique et multiculturel ?
Impuissants comme Casques bleus à protéger les civils dans les années 1990, nos militaires ont été pleinement habilités au combat après le 11 septembre 2001. Maintenant déployés en Iraq, ils sont aussi armés au Canada où plane une menace terroriste.
Cliquez pour plus de détailsLe corridor sinueux du bonheur
À trente ans, l'Acadien Daniel Leblanc-Poirier a déjà publié quatre livres, dont deux recueils de poésie qui ont remporté un prix. Son plus récent ouvrage est un roman intitulé Le cinquième corridor. Il est rédigé sur le ton de la confession et il nous plonge dans la géographie d'un triangle amoureux où le temps n'existe pas vraiment.
Cliquez pour plus de détailsRendez-vous de la Francophonie 2015, on se rassemble dans la joie.
La 17e édition des Rendez-vous de la Francophonie se déroule 22 mars et la Fondation canadienne pour le dialogue des cultures, organisatrice de l'événement, présente plus de 2000 activités dans toutes les provinces et territoires du pays.
Cliquez pour plus de détailsL'APCM et l'AFO s'associent pour la promotion de la musique francophone.
Pour ses 25 ans, l'Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM) a annoncé, avec l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) la création d'une semaine de la musique et de la chanson francophone en Ontario. Cet événement se tiendra au mois de mai de chaque année.
Cliquez pour plus de détailsUn chapitre sombre de notre histoire
En moins de vingt ans, au tournant du siècle dernier, près de 500 personnes, y compris 60 enfants de moins de 14 ans et 180 jeunes âgés de 15 à 20 ans, se sont enlevé la vie dans une seule nation amérindienne. Comme leurs parents et leurs grands-parents, ces Autochtones avaient été incarcérés dans des pensionnats dirigés par des religieux blancs pour perdre « leur langue et leur culture païennes ». Le roman Aussi longtemps que les rivières couleront, de James Bartleman, raconte le cas d'une jeune fille qui passe par ce moulin d'acculturation.
Cliquez pour plus de détails9e édition de la Journée de réflexion sur l'immigration francophone
Près d'une centaine de personnes se sont réunies à Ottawa, lors de la 9e édition de la Journée de réflexion sur l'immigration francophone, le 2 mars, pour discuter de la réalité de l'immigration francophone au Canada. Le projet Entrée express et la nécessité d'avoir une lancée francophone ont été au coeur des discussions.
Cliquez pour plus de détailsL'État n'est plus le seul acteur

Gouvernance francophone

Les organismes de la francophonie trouvent les moyens de s’...

Cliquez pour plus de détailsCy : un nom qui sème la peur
Dans les premières années du millénaire, la scène musicale de la Baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse était un terrain fertile en matière d'exportations musicales en français. Si la région s'était faite plus tranquille au courant des dernières années, de nouvelles voix émergent au large de la côte acadienne. Le quatuor Cy, originaire de la Nouvelle-Écosse et de Moncton fait parti de ce renouveau, en affirmant haut et fort ses couleurs acadiennes, comme en témoigne son nom, inspiré d'une légende locale.
Cliquez pour plus de détailsLes commissaires actionnent le Nunavut
Dans un geste qui a choqué l'Association de parents, la Commission scolaire a intenté le 11 février une poursuite pour agrandir et équiper l'école française selon la norme constitutionnelle.
Cliquez pour plus de détailsFonds pour les journaux
La lutte de trois ans de la sénatrice manitobaine pour corriger les défaillances du programme fédéral d'appui aux journaux communautaires mène à une impasse.
Cliquez pour plus de détailsQuand la maladie devient un plaidoyer sur l'amitié
Comme il y a des maladies terminales, Jean Dumont imagine un scénario où neuf livres font l'objet de « lectures terminales ». C'est le titre de son roman assez original et assez bien mené. Au coeur de ce livret de 130 pages, vous avez droit à un singulier plaidoyer sur l'amitié.
Cliquez pour plus de détailsLa cause Caron entre les mains de la Cour suprême du Canada
Une contravention unilingue anglophone, à l'origine de la saga judiciaire de Gilles Caron et de Pierre Boutet pourrait aujourd'hui changer l'histoire des minorités francophones du pays. Après un parcours juridique qui a duré plus de 12 ans, la Cour suprême du Canada a entendu leur cause vendredi derni
Cliquez pour plus de détails« D'autres victimes presque chaque jour »
Des membres des familles représentant 1200 femmes autochtones assassinées ou disparues se réuniront à Ottawa, le 26 février. Le lendemain, quatre d'entre eux vont s'adresser aux participants à une table ronde nationale.
Cliquez pour plus de détailsS'inspirer du vrai pour créer l'imaginaire
Le critique littéraire de l'Association de la presse francophone, Paul-François Sylvestre, vient de publier un roman intitulé L'envers de la médaille, dans lequel il raconte l'histoire de deux prêtres franco-ontariens poursuivis pour pédophilie. M. Sylvestre répond aux questions de l'APF.
Cliquez pour plus de détailsDes artistes francophones se lancent dans l'aventure de la création collective en communauté.
Ils sont sept personnes. Des artistes musiciens francophones qui sont originaires de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick et du Manitoba. Depuis le 18 février, certains d'entre eux ont débuté en Ontario une expérience de création collective en communauté qui se poursuivra au cours des prochaines semaines au Yukon et à l'Île-du-Prince-Édouard.
Cliquez pour plus de détailsLe devoir d'informer aussi les francophones
Le premier ministre Harper et la ministre Shelley Glover des Langues officielles respectent la loi. Mais en twittant seulement en anglais, la moitié des membres du cabinet fédéral ont manqué à leurs obligations et à leur devoir.
Cliquez pour plus de détailsHey, Wow: l'alouette en colère
Issu des groupes La Ligue du bonheur et Deux Saisons, le multi-instrumentiste Jean-Marc Lalonde prend la tête du groupe Hey, Wow, une nouvelle formation parmi la confrérie musicale Franco-ontarienne. Cette présence ne passe pas inaperçue. Le groupe a remporté trois prix lors de la dernière édition de Contact Ontarois, dont le Prix Coup de foudre offert par Réseau Ontario, accompagné d'une tournée ontarienne. À l'écoute du premier mini-album de trois chansons du groupe, gageons que c'est sur la route que l'essence de Hey, Wow prendra tout son sens.
Cliquez pour plus de détailsDes parents exigent le départ des commissaires
On entend rarement parler de l'École des Trois-soleils, à Iqaluit, la plus nordique des écoles françaises de la planète. Même quand ça va mal.
Cliquez pour plus de détailsYvon Godin laissera un grand vide
Yvon Godin a le goût de changer d'air. Après 18 ans sur la colline parlementaire où il s'est démarqué par sa défense des droits linguistiques de la francophonie canadienne, il tire sa révérence.
Cliquez pour plus de détailsLa nomination de Rob Nicholson mal accueillie
La nomination de Rob Nicholson au poste de ministre des Affaires étrangères a été accueillie comme une douche froide. Dans les milieux politiques comme au sein des communautés francophones, cette nomination laisse les dirigeants pantois.
Cliquez pour plus de détailsDeux nouveaux titres sur l'étagère Trottinette
Les Éditions Bouton d'or d'Acadie viennent de lancer deux nouveaux titres dans leur collection « Étagère Trottinette », qui s'adresse aux enfants de 4 à 8 ans. Le premier s'intitule Lili Tutti-Frutti et Édith Bourget y raconte l'histoire d'une fillette qui mange quantité de fruits pour déjeuner, pour dîner, pour sa collation, pour souper, alouette !
Cliquez pour plus de détailsComment faire un budget sans huile?
Le prix du baril de brut est tombé à 39 $ en 2008 et voilà qui s'approche à nouveau de cet abîme. Mais les gouvernements refusent d'y voir une crise structurelle, soutient Dominique Perron, ils attendent que le prix remonte.

Communiqués de la francophonie